Une nouvelle année, ou une année nouvelle ?

Nous pouvons, dans un premier temps, rendre grâce pour les fruits de la présence de Mgr Marc Stenger pendant 21 ans dans notre diocèse. Plusieurs pages de cette revue sont consacrées à ce qu’il a permis, aussi bien au niveau de notre diocèse que de l’Église universelle. Je retiens cette dynamique synodale, qu’il a insufflée dès le début de son épiscopat, associant toutes les forces vives à la conduite du diocèse, ainsi que son attention à prendre en compte les questions de notre société d’aujourd’hui. Et, bien sûr, son engagement pour la paix avec Pax Christi.

Je ne pense pas que les circonstances qui l’ont conduit à donner sa démission sont ce qu’il avait envisagé pour la fin de son épiscopat au milieu de nous. Nous sommes frustrés aussi de ne pas pouvoir, pour le moment, lui dire publiquement notre merci. Cela se fera dès que sa santé le permettra.

Nous entrons maintenant dans une nouvelle phase de la vie de notre diocèse, où nous devons nous préparer à accueillir notre nouvel évêque. Après cette fin d’année que l’on peut qualifier de mouvementée, il nous faut nous redire notre mission, être témoins du Christ, être disciples missionnaires. Je ne sais pas ce que sera la situation sanitaire quand vous lirez ces lignes, mais l’année 2020 nous aura beaucoup appris, sur nos fragilités, mais aussi sur nos capacités à rebondir, à nous adapter à une situation où nous ne contrôlons pas tout. Il nous faut tirer du positif de cette drôle d’année. N’en restons pas à ce que nous ne pouvons pas faire. Regardons plutôt ce que nous pouvons faire, les initiatives que nous pouvons prendre. Notre priorité doit être, dans les conditions qui sont les nôtres aujourd’hui, que le Christ continue d’être annoncé, par nos paroles, par nos célébrations, par notre manière de vivre, par nos solidarités…

Chaque communauté chrétienne peut, en ce début d’année, se demander comment elle a honoré et honore aujourd’hui cette mission.

Nous serons peut être surpris par notre capacité à mettre en œuvre des modalités de mission que nous n’aurions jamais envisagées il y a un an.

Nous préparer à accueillir notre nouvel évêque, passe aussi par la préparation du cœur, par la prière. J’ai trouvé une prière qui exprime bien cela. Je vous la partage. « Dieu notre Père, ton Fils Jésus a choisi les Apôtres pour sanctifier ton peuple, le conduire et lui annoncer l’Évangile. Nous t’en prions, accorde à notre Église diocésaine un pasteur selon ton cœur qui saura nous guider et nous accompagner dans notre mission. Rends-nous ouverts et accueillants à celui que l’Esprit Saint choisira comme évêque de Troyes. Confiants que tu exauces la prière de tes enfants, nous te le demandons et te rendons grâce par Jésus le Christ, notre Seigneur. »

Le pape François a consacré le 8 décembre dernier l’année à venir à St Joseph. Dans sa lettre « Avec un cœur de père », publiée le même jour, il nous rappelle que « Joseph nous enseigne ainsi qu’avoir foi en Dieu comprend également le fait de croire qu’il peut agir à travers nos peurs, nos fragilités, notre faiblesse.

Et il nous enseigne que, dans les tempêtes de la vie, nous ne devons pas craindre de laisser à Dieu le gouvernail de notre bateau. Parfois, nous voudrions tout contrôler, mais lui regarde toujours plus loin ».

En ce temps de crise où nous devons demeurer fidèles à notre mission, en ce temps d’attente de notre nouvel évêque, confions notre année à St Joseph.

P. Jérôme Berthier
Administrateur diocésain