Temps ordinaire

 

Une année qui se termine, avec des espoirs de renouveau. Nous n’avons jamais été aussi proche de la nomination de notre nouvel évêque. Des signes semblent montrer que nous allons peut-être sortir de cette crise sanitaire qui dure. Qu’allons-nous retenir de cette année que nous venons de vivre ?

Nous nous sommes habitués à beaucoup de contraintes. Peut-être rêvons-nous, quand ces contraintes seront levées, de reprendre notre vie d’avant. Mais nous sommes aussi profondément marqués par ce que nous avons vécu. Les contacts avec les autres nous sont apparus comme dangereux. Nous avons appris à garder nos distances. Nous rêvons d’une reprise des contacts interpersonnels, et en même temps nous en avons peur.

Nos communautés vont sortir profondément marquées par cette crise. Nous nous inquiétons pour les personnes que nous ne voyons plus. Les baptêmes, mariages, reportés, auront-ils lieu, les enfants vont-ils revenir au catéchisme, les jeunes dans les équipes ?

Si nous avons peur de nous retrouver peu nombreux, reprenons le livre des actes des apôtres. Ils n’étaient que quelques-uns au moment de la Pentecôte. Les actes des apôtres et les lettres de Saint Paul nous montrent comment ces quelques-uns se sont multipliés. L’action de ces quelques-uns et l’œuvre de l’Esprit Saint n’y sont pas pour rien.

Dans le même temps, nous sommes aussi les témoins de nombreuses solidarités qui se sont développées. Nous avons été plus attentifs à nos voisins, aux membres de nos familles. Beaucoup de liens se sont approfondis. Nous pouvons tous nous poser cette question : qui s’est fait proche de moi, qui s’est révélé plus attentif aux difficultés que je pouvais traverser ? Et aussi nous demander : de qui ai-je cherché à être plus proche ? Regardons aussi les belles choses qui se sont vécues, les liens nouveaux qui se sont tissés. Nous pouvons faire le lien avec les petites fraternités missionnaires dont on parle beaucoup aujourd’hui.

Depuis quelques semaines, nous sommes de nouveau dans le temps ordinaire. Temps ordinaire ne signifie pas temps où il ne se passe rien. Il s’agit du temps où nous vivons de manière habituelle, ordinaire, notre mission de disciple missionnaire.

Temps où nous allons à la rencontre de ceux avec qui nous vivons ordinairement. Temps où chacun de nous, avec ses charismes, peut aller témoigner de ce qui le fait vivre, de Celui qui le fait vivre. Cela passera par nos paroles, par notre manière de vivre, par nos engagements au service des autres… Notre manière de vivre ce temps ordinaire va être marqué par ce que nous vivons depuis plus d’un an.

Le Christ nous demande aujourd’hui encore d’être inventifs. La fin de l’année scolaire est souvent l’occasion d’un temps de bilan, dans les paroisses, les services, les mouvements. Quels sont nos projets pour l’an prochain ? A partir de ce lundi 21 juin, nous allons lire pendant les messes de semaine le cycle d’Abraham dans le livre de la Genèse. Les premiers mots que Dieu dit à Abram sont : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai » (Gn 12, 1). Dans nos communautés, qu’avons-nous à quitter pour nous mettre davantage au service du Christ et de sa Bonne Nouvelle ? En lisant jour après jour ce cycle d’Abraham, soyons attentifs à ce qui se passe entre Dieu et lui, à ce que cela permet, petit à petit.

Le dossier de cette revue est consacré aux communautés religieuses fondées dans notre diocèse. Des hommes, des femmes, qui ont su découvrir ce dont le monde de leur temps avait besoin, et qui, au nom de leur foi, ont cherché à être témoin de ce Dieu qui les faisait vivre. Il me semble que, encore aujourd’hui, ils savent vivre de ce temps ordinaire où toute leur vie est engagée au service de Dieu et de leurs contemporains.  C’est aussi vrai pour les communautés contemplatives que pour les communautés apostoliques. Par toute leur vie ordinaire, ils témoignent de cet amour de Dieu pour chaque homme et chaque femme.

Laissons l’Esprit Saint vivre en nous. Le temps ordinaire deviendra alors chaque jour un temps extraordinaire où certains de ceux que nous côtoyons ordinairement pourront découvrir quelque chose de qui est le Christ, et se découvrir l’envie de Le suivre.

Père Jérôme Berthier

Administrateur diocésain