Avec Saint Joseph

Au cœur de cette « Année saint Joseph », voulue par le pape François, et au moment où nous célébrons sa fête (le 19 mars), nous pouvons nous laisser guider par lui pour vivre cette dernière étape du Carême. De saint Joseph, nous ne savons pas grandchose. Nous connaissons sa décision de prendre Marie comme épouse, sa présence auprès de Marie et de Jésus, le long voyage de Nazareth à Bethléem, puis pour la fuite en Égypte. Il a été témoin de la naissance du Christ, de la visite des bergers, des mages. Il a accompagné Jésus dans sa croissance, lui a appris un métier. Les Évangiles nous disent qu’il était un homme juste…

Dans sa lettre « Avec un cœur de père » (que vous pouvez trouver sur le site internet du Vatican), le pape François met en avant plusieurs de ses qualités. J’en reprends quelques-unes ici, qui peuvent nous accompagner pour cette fin de Carême.

« Père dans la tendresse. » Il a vu jour après jour Jésus grandir « en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes. » Regardons la qualité de notre présence auprès de ceux qui nous sont confiés. Je pense à nos familles, nos amis, mais aussi à ceux qui nous sont confiés dans nos paroisses et, en cette période de carême, tout particulièrement aux catéchumènes qui seront baptisés pendant les fêtes de Pâques, et à tous ceux qui sont en recherche. Je ne sais pas si vous en connaissez, mais ayons à cœur d’être réellement présents auprès d’eux.

« Père dans l’accueil. » Son cœur est ouvert aux événements dont parfois il ne comprend pas la signification. La vie spirituelle que Joseph nous montre n’est pas un chemin qui explique, mais un chemin qui accueille. A nous aussi, Dieu dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas » (Mt 1,20). De nombreux défis s’offrent actuellement à nous. Ne craignons pas de les regarder, et de les regarder avec les yeux de Dieu.

« Père au courage créatif ». Même si nous n’en trouvons pas mention dans les Évangiles, la sainte Famille a certainement dû affronter de nombreux problèmes concrets, comme toutes les autres familles. L’arrivée en Égypte, par exemple, n’a pas dû être simple. Le pape François nous dit : « Bien des fois, en lisant les « Évangiles de l’enfance », on se demande pourquoi Dieu n’est pas intervenu de manière directe et claire.

Mais Dieu intervient à travers des événements et des personnes. En prenant soin de la sainte famille, Joseph est l’homme par qui Dieu prend soin des commencements de l’histoire de la rédemption. » La crise actuelle nous provoque à être créatifs pour que l’Évangile soit annoncé et vécu. Deux exemples me viennent à l’esprit, mais il y en a beaucoup d’autres. Je pense par exemple au camp de ski MRJC qui s’est vécu en février dans l’Aube, sans neige et sans ski, mais qui s’est vécu. Je pense aussi à l’association « Les Figuiers », créée récemment, et dont l’objectif est d’accompagner les communautés chrétiennes du diocèse qui veulent accueillir des migrants. Beaucoup d’autres choses se vivent ainsi dans nos communautés. Dans les circonstances actuelles, soyons créatifs.

« Père dans l’ombre. » Le bonheur de Joseph est dans une logique de don de soi, humblement. Il est au service, pour que l’autre grandisse. Je peux regarder ma manière de m’investir au service des autres, me demander ce que je cherche alors. Les questions actuelles autour des abus sexuels, auxquels une assemblée extraordinaire de la conférence des évêques a été consacrée en février, montrent les dérives inacceptables auxquels peuvent conduire un usage déviant de l’autorité. Nous sommes invités à redécouvrir le sens profond du mot « chasteté », et à en vivre dans nos relations avec les autres. Aimer l’autre de manière désintéressée, en respectant chaque personne.

Notre Église diocésaine se prépare à célébrer les fêtes de Pâques. Saint Joseph peut donc nous accompagner sur ce chemin. Contemplons ce qu’il a été, nourrissons-nous de ces qualités que met en avant le pape François. Confions-nous à l’intercession de saint Joseph, marchons dans ses pas. Humblement, il s’est mis au service, au service du Christ, au service du projet de Dieu. Entrons nous aussi dans ce projet de Dieu qui se dévoile lors des fêtes pascales.

Père Jérôme Berthier,

Administrateur diocésain