A Troyes, le 26 avril

Amis diocésains,

Nous fêtons ce 1er mai Saint Joseph, au cœur de cette année qui lui est dédiée. Saint Joseph est vraiment celui qui a accepté de se laisser surprendre par Dieu. Quand l’ange lui demande de ne pas craindre de prendre Marie pour femme. Quand le même ange lui demande peu après de prendre l’enfant et sa mère et de fuir en Égypte. Avec patience et confiance, à chaque fois, Joseph se met en route. Au moment où nous espérons pouvoir commencer à envisager de sortir de cette pandémie, nous pouvons nous confier à Saint Joseph.

Si la liste des activités que nous avons repoussées ou annulées nous est pesante, je veux noter avec vous la créativité dont ont su faire preuve les communautés en particulier pendant la Semaine Sainte et à Pâques. Ces offices du Samedi Saint que nous n’avions pas l’habitude de célébrer, ces célébrations de la résurrection au matin de Pâques, encore dans la nuit… Les messes ont pu reprendre dans de nombreuses maisons de retraite, après un an d’interruption. Les prêtres et les diacres ont vécu à distance, une session sur l’homélie en février dernier. Les acteurs pastoraux du diocèse ont vécu une formation « Disciples-missionnaires… pour l’annonce de l’Évangile au monde », avec le Père Christoph Theobald. Initialement prévue en 2020, elle s’est déroulée en visio-conférence ce 21 avril. Dans les paroisses, la catéchèse, la pastorale des jeunes ont pu reprendre entre deux confinements. Pour lancer l’année de la famille, voulue par le pape François, le service diocésain de la pastorale des familles a organisé une soirée autour de « Amoris laetitia » le 16 avril dernier, à laquelle de nombreuses personnes du diocèse ont participé. Et bien d’autres choses encore.

Tout cela est le signe d’une Église qui veut continuer à vivre et à annoncer le Christ, une Église de disciples missionnaires.

Les projets initiés par Mgr Stenger avant son AVC concernant la maison diocésaine et l’évêché continuent d’avancer. Des équipes travaillent et permettront à notre nouvel évêque de prendre des premières décisions.

Toujours en ce qui concerne les questions matérielles, je profite de ce message pour vous remercier de votre soutien au fil de l’année 2020. Grâce à vous la collecte du denier de l’Église a été en hausse. Par la mobilisation de diocésains deux legs nous sont parvenus. Tous ces efforts ont permis une augmentation des recettes. En même temps, du fait de la fermeture de la maison diocésaine et du chômage partiel imposés par la crise sanitaire, de l’arrêt des travaux non urgents, les dépenses ont diminué. Totalement atypique du point de vue de nos activités pastorales, l’année 2020 se terminera sans doute par un bilan équilibré. Le travail de fond engagé reste à poursuivre en 2021, pour travailler à un équilibre durable de nos finances diocésaines.

Entre Pâques et Pentecôte, nous suivons les Apôtres et les disciples dans la découverte qu’ils font de la Résurrection du Christ. Il leur faut du temps pour en découvrir le sens. Ils demeurent dans la crainte, tentés de reprendre leur ancienne vie… A la Pentecôte, 50 jours après Pâques, remplis de l’Esprit Saint, ils vont oser sortir et proclamer au monde ce qu’ils ont découvert : « Ce Jésus que vous avez crucifié, Dieu l’a ressuscité ! Nous en sommes les témoins. »

C’est de cela qu’il nous faut vivre aujourd’hui. Nous sommes nous aussi entre Pâques et Pentecôte.

Comme Saint Joseph, soyons ouverts aux appels de Dieu. Dans une période compliquée, dont nous avons l’impression de ne pas voir l’issue, prenons le temps de relire en communauté toutes les initiatives que nous avons prises. Il y en a plus que nous ne le pensons. Discernons ce à quoi Dieu nous appelle aujourd’hui. Il est là, avec nous sur le chemin, comme pour les disciples qui repartaient abattus vers Emmaüs. Vivons pleinement ce temps pascal, disponibles à l’action de l’Esprit Saint en nous. Nous en avons besoin pour continuer ensuite dans le temps « ordinaire ». C’est la mission de notre Église de proposer un élan, un élan qui nous vient du Christ, un élan dont la source est l’Esprit Saint.

Nous sommes marqués par ce temps de crise sanitaire et ce temps de vacance du siège épiscopal.  N’oublions pas d’être solidaires de toutes les personnes qui souffrent, de toutes les personnes qui se dépensent sans compter au service des autres. Des petits gestes sont souvent précieux pour eux, ainsi que notre prière. C’est aussi vers eux que le Christ nous envoie.

J’ai régulièrement Mgr Stenger au téléphone. Pour lui aussi, cette crise sanitaire ne facilite pas les choses. Six mois après son AVC, il devrait prochainement sortir de la clinique où il est actuellement pour rejoindre l’EHPAD Saint Joseph, à Strasbourg. Il attend avec impatience de recevoir les nombreux livres d’or qui arrivent à l’évêché.

Préparons-nous donc à accueillir celui qui sera notre nouvel évêque. Refaisons nôtre la prière que je vous avais envoyée en janvier : « Dieu notre Père, ton Fils Jésus a choisi les Apôtres pour sanctifier ton peuple, le conduire et lui annoncer l’Évangile. Nous t’en prions, accorde à notre Église diocésaine un pasteur selon ton cœur qui saura nous guider et nous accompagner dans notre mission. Rends-nous ouverts et accueillants à celui que l’Esprit Saint choisira comme évêque de Troyes. Confiants que tu exauces la prière de tes enfants, nous te le demandons et te rendons grâce par Jésus le Christ, notre Seigneur. »

Bonne montée vers la Pentecôte, poussés par l’Esprit Saint.

P Jérôme Berthier

Administrateur diocésain