Pendant tout le temps du confinement, la messe du dimanche, présidée par l’évêque, sera enregistrée à la chapelle de l’évêché et diffusée par RCF Aube/Haute-Marne le samedi à 17h et le dimanche à 9h pour rejoindre en particulier les pensionnaires des EHPAD.

Les textes sont disponibles au téléchargement en bas de la page.

 

DIMANCHE 24 MAI 2020

7e dimanche de Pâques

 

INTRODUCTION

Nous voici entre Ascension et Pentecôte. Un dimanche peu ordinaire, car il nous permet dans le temps liturgique de faire l’expérience des Apôtres qui viennent de voir Jésus s’en aller vers le ciel et qui restent dans l’attente de la venue du Défenseur promis, de l’Esprit Saint. Ouvrons nos cœurs à son souffle de vérité, de feu, de bienveillance ?

Dieu nous appelle à en vivre de tout notre cœur. Tournons-nous vers lui et accueillons son pardon.

HOMELIE : Jean 17, 1b-11a

Nous sommes dans ce long temps de Pâques, plus précisément encore dans les dix jours qui nous conduisent de l’Ascension à la Pentecôte. Pendant ce temps nous sommes invités à vivre une conversion qui peu à peu donne à l’Eglise et à nous-mêmes de prendre notre vraie et pleine stature. Une présence a été interrompue, celle du Christ au milieu de ses disciples, pour qu’une autre présence naisse. En effet pendant ce temps il est donné à chacun d’être plus pleinement présents, de ne plus être seulement dans la contemplation du Christ Ressuscité, mais d’être plus pleinement acteurs. Ce passage de l’Evangile de Jean dont nous poursuivrons la lecture les jours prochains, peut nous guider dans la réception des grâces particulières de ces jours d’attente et de préparation à l’accueil de l’Esprit Saint. Ce que nous rappelle Jésus dans sa prière c’est qu’une œuvre a été accomplie : « J’ai fait connaître ton Nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner ». L’œuvre du Fils consiste à faire connaître le Père et cela il l’a réalisé en vivant pleinement une vie humaine. En vivant au milieu des hommes, il donnait à tous les hommes la possibilité de comprendre ce qu’il voulait dire et exprimer du Père, de Celui qui le fait vivre « Qui me voit voit le Père ! » L’humanité de Jésus est ce qui nous permet d’entrer vraiment dans le mystère de Dieu. Cette humanité se donne à contempler, elle se donne à recevoir dans toute la vie de Jésus, depuis sa conception jusqu’à sa mort et à sa résurrection. A travers la vie du Christ et spécialement son obéissance à Dieu, sa dimension filiale se révèle et à travers son obéissance se révèle le visage du Père.

Cette œuvre accomplie par le Christ l’a été pour être reçue des hommes : « Maintenant ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi ». Ce qui a été manifesté par Jésus est maintenant reçu, compris, assimilé profondément par d’autres. Nous sommes dans le temps pascal. Le don fait par Dieu pour les hommes en Jésus avait été perdu dans la déréliction de la Passion, dans le péché de celui qui avait trahi et dans le désarroi des amis de Jésus. Il est retrouvé dans le pardon prononcé par Jésus sur la Croix pour tous et accompli par Dieu. Ce don de Dieu en Jésus a transformé les disciples. Ils ont acquis une nouvelle hauteur, ils peuvent maintenant s’adresser pleinement au Père et à son Fils. Ils sont entrés dans le mystère du Dieu de Vie. Ils ne se contentent pas d’exprimer sur Jésus des opinions qu’ils ont ramassées ici et là. Mais ils parlent à partir de ce qu’ils ont eux-mêmes expérimenté. Ils peuvent donc devenir des témoins fiables de la Bonne Nouvelle. Comme le rappelle Saint Jean : « Ils ont vraiment reconnu que je suis sorti de toi et ils ont cru que tu m’as envoyé ».

Prenons le temps nous aussi de redire notre foi, de mesurer combien elle nous relie au Père et au Fils., combien elle nous situe, elle nous ancre dans le Père et le Fils. Si nous voulons être des témoins il faut que nous laissions retentir en nous les paroles de vie reçues, il faut les laisser produire leur fruit de vie.

Cette œuvre accomplie par le Christ nous est confiée à nous, humains. « Désormais, dit Jésus, je ne suis plus dans le monde, eux ils sont dans le monde. » Si nous avons intégré les paroles de vie du Christ, alors pourra s’ouvrir un autre temps, un temps qui est à inventer. Ce temps sera nouveau dans la mesure où nous saurons nous rappeler ce que le Christ est venu faire au milieu des hommes, cette œuvre de vie et de salut qu’il a accomplie au nom de son Père et qu’il nous a confiée pour que nous fondions sur elle nos choix et nos actions d’aujourd’hui et de demain. C’est tout compte fait ce à quoi le pape François nous a invités il y a tout juste cinq ans en publiant l’Encyclique Laudato Si. Cinq ans après dans le contexte de la crise que nous n’avons pas fini de traverser, cette invitation résonne très fort. Pour que cette crise « se fasse chrysalide d’un monde réellement renouvelé », comme l’écrit le Rédacteur en chef de la Vie, il nous faut à la fois une mobilisation collective et personnelle : bousculer nos cadres de pensée, réviser nos modes de vie pour participer dès maintenant à l’éclosion d’une société plus juste. Le pape François nous a demandé cette semaine en particulier d’y réfléchir, de prier, de nous engager pour ce monde, pour « sauvegarder, dans cette crise multiple, sanitaire, économique et sociale, sur fond de questionnement spirituel, notre maison commune et tous ceux qui l’habitent. La situation sera toujours vivable, quelles que soient les difficultés qui se présenteront à condition que la promesse du Christ reste vive et elle le restera dans la fidélité au Nom reçu du Fils. Pour cela il importe que nous soyons avant tout et d’abord et avant tout ancrés dans l’unité entre nous « Que tous soient un », dira le Christ dans la suite de sa prière, d’une unité qui naît de la fidélité à la mémoire du Christ. A chaque rassemblement chrétien c’est cela que nous faisons, raviver en nous la fidélité à son nom. On peut le dire avec une joie particulière après les nouvelles que nous venons de recevoir, que soit bénie toute messe, toute prière.

 

 

Prière universelle

Evêque
En ce dimanche, entre Ascension et Pentecôte, nous sommes vraiment comme les Apôtres, en prière au Cénacle, avec la Vierge Marie, des femmes et les proches de Jésus. Unis les uns aux autres, dans la communion diocésaine, nous prions avec espérance.

Ref. Sûrs de ton Amour et forts de notre foi, Seigneur, nous te prions.

Toujours sous le regard de la Vierge Marie, en ce mois de mai, nous te prions, Seigneur, d’être disponibles à !’Esprit Saint, pour bâtir, là où nous sommes, un monde qui corresponde aux grandes orientations que nous confie le Pape François. Nous te le demandons, par Jésus, le Christ, notre Seigneur. AMEN

1. En ce cinquième anniversaire de l’Encyclique « Laudato si’ », en communion avec le Pape François, nous ouvrons notre coeur à une prière vraiment universelle. La pandémie dont nous sortons peu à peu peut-être – et qui sévit encore durement en d’autres pays – nous invite à la solidarité au service de notre Terre qui est à la fois notre mère et notre sœur. Que nos communautés <l’Eglise en soit un témoignage vivant, an actes et en vérité.
2. Toutes les communautés de croyants vont pouvoir peu à peu se rassembler dans leurs lieux de culte. Que l’Esprit de Jésus nous aide à vivre l’attention et le respect nécessaire vis à vis de ceux et celles qui ne partagent pas notre foi ou qui sont engagés sur d’autres chemins, au service de leurs frères et sœurs, dans l’attention aux plus défavorisés.
3. En cette fin d’année scolaire, les jeunes vivent des situations diverses et compliquées. Leurs parents et leurs enseignants aussi. Que ces semaines à venir ne démobilisent aucun pour servir une formation humaine qui envisage la croissance de l’homme et de tout l’homme, respectueuse de toute sa dignité.
4. Tournant nos regards vers les Hôpitaux, les EHPAD et les Résidences de personnes âgées, nous sommes en communion avec tous ceux et celles qui y vivent. Ces semaines passées nous ont sans doute un peu révélé tout ce qu’il s’y réalisait dans l’efficacité et la discrétion. Portons tout ce monde de souffrance et de délicatesse en notre prière et que l’Esprit de Jésus tiennent toujours nos coeurs en éveil auprès de tous les blessés de la vie.

Evêque
En cette fin du mois de mai, nous prions toujours sous le regard de la Vierge Marie. A la suite du Pape François dans l’Encyclique « Laudato si’», demandons lui, à elle qui gardait toutes choses en son coeur, « de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés». Par Jésus, le Christ, notre Seigneur. AMEN

Téléchargement

Textes – 21 mars
 
Prière universelle – 21 mars

Textes – 28 mars
Prière universelle – 28 mars


Textes – 5 avril
Prière universelle – 5 avril


Textes – 9 avril


Textes – 12 avril


Textes – 19 avril
Prière universelle – 19 avril


Textes et prière universelle – 26 avril


Textes – 3 mai
Prière universelle – 3 mai


Textes – 10 mai
Prière universelle – 10 mai


Textes – 17 mai
Prière universelle – 17 mai


Textes – 24 mai

Prière universelle – 24 mai