La crèche : de la Nativité à une tradition populaire

 

Une crèche désigne, selon le latin cripia, une mangeoire pour les animaux. D’après l’Évangile de Luc (2. 7), Marie déposa son nouveau-né dans la mangeoire d’une étable à Bethléem, l’hôtellerie n’ayant plus de place pour les accueillir. Le mot crèche désigne aujourd’hui toute représentation de la Nativité et exprime le sens de la fête de Noël et le mystère de la naissance de Jésus.

 

Quelques aspects historiques

Très tôt, des pèlerinages ont existé dans une grotte de Bethléem, lieu supposé de cette mangeoire. C’est au VIe siècle qu’une célébration aurait eu lieu en l’église Sainte-Marie-Majeure à Rome, pendant la nuit de 25 décembre, autour de reliques de la crèche rapportées de Bethléem.

Cependant, selon la légende, c’est Saint-François d’Assise qui créa la première crèche vivante en 1223, à Greccio, en Italie du Nord. Voulant célébrer aussi fidèlement que possible le mystère de Bethléem, François fit amener dans une étable, du foin, un bœuf et un âne. Les habitants du village, conviés par François, jouèrent les personnages de Joseph, Marie, des bergers et des mages.

Il faut attendre le XVIe pour que la première crèche, au sens actuel, soit réalisée : les Jésuites en auraient installé une à Prague en 1562. La pratique se développe ensuite en Italie aux XVIIe et XVIIIe, surtout dans le royaume de Naples et dans les Etats du Pape, où des crèches baroques étaient exposées.

 

Les crèches dans les traditions populaires

La représentation de la Nativité passe ensuite de l’église aux maisons, dès la fin du XVIIe siècle. Cette transition trouve son apogée lors de la Révolution française : les représentations publiques étant interdites, la crèche de Noël trouve sa place dans les maisons des habitants.

C’est alors l’origine de la crèche provençale. Les figures traditionnelles de la Nativité sont remplacées par des personnages de la vie locale. Les santons, du provençal santoun: petit saint, ont ensuite été ajoutés. Ils représentent les petits métiers connus : le meunier, le boulanger…

 

Aujourd’hui, on peut observer un regain d’intérêt pour les crèches. De nombreuses représentations existent. De tous matériaux et de toutes dimensions, les crèches permettent d’exprimer la proximité de Dieu et rappellent le sens de Noël.

 

 

Visitez les crèches dans l’Aube

 

Troyes

  • Cathédrale : Dès le 1er décembre. Exposition de la crèche du XIXe siècle restaurée

La Chapelle-Saint-Luc/Les Noës-près-Troyes

  • Exposition de crèches d’églises, église Notre-Dame-de-la-Nativité:
    • samedi 15, dimanche 16, mercredi 19: de 15h à 19h
    • jeudi 20: 15h et jusqu’à la fin de la veillée au pied du grand sapin

Paroisse de Nogent-sur-Seine

  • Dimanche 2 décembre, de 15h à 18h, Exposition de crèches personnelles, église Saint-Laurent

Ensemble paroissiale de Villenauxe-la-Grande

  • Eglise du Plessis Barbuise : samedi 15 décembre, 18h
  • Eglise de la Saulsotte : samedi 21 décembre, 18h

 

Pour l’Epiphanie, le dimanche 6 janvier, de nombreuses églises ouvrent leurs portes pour faire découvrir au plus grand nombre les crèches réalisées, dans le cadre de l’opération « Un Jour, Une crèche »

  • Rouilly-Sacey: 14h à 16h
  • Villemoiron en Othe
  • Charny le Bachot
  • La Villeneuve au Chemin
  • Cunfin
  • Fouchères
  • Pâlis
  • Barberey-Saint-Sulpice
  • Bourguignons
  • Sellières
  • Villy-en-Trodes
  • Dienville
  • Pont-Sainte-Marie

 

  

 

Pour aller plus loin :

https://liturgie.catholique.fr/accueil/annee-liturgique/de-lavent-au-temps-de-noel/le-temps-de-noel/3452-la-creche-dans-l-histoire/

GOUGET, Janine, Un monde de crèches, Toulouse, Privat, 2004

OUDOT, Claude-Madeleine, Noël en Europe, Strasbourg, Ed. du Signe, 2004

Crèches et traditions de Noël, Musée national des arts et traditions populaires, Ed de la Réunion des musées nationaux, 1986

Laisser un commentaire

Ce site utilise des cookies et collecte les données des visiteurs pour suivre les statistiques. Ok